Le métier de croupier est dévalué

Si avant, cela était perçu comme très classe, désormais, le métier de croupier est complètement dévalué. C’est assez fou d’ailleurs mais pas étonnant, puisque les casinos terrestres se sont tout de même beaucoup plus ouverts au public ces dernières dizaines d’années, permettant ainsi la démocratisation de cet univers et rendant beaucoup moins élitiste les établissements. L’image du croupier en a pris un coup aussi. L’un d’eux nous a confié une comparaison intéressante : « les croupiers, c’est un peu comme les hôtesses de l’air, avant, ça avait un coté prestige, maintenant, nous ne sommes que les serviteurs des clients de masse », une comparaison qui n’est pas dénuée de sens.

Ce qui va très mal dans le métier

Ce qui se passe aujourd’hui, c’est que les croupiers ont l’impression que leur place dans les casinos n’est plus appréciée comme avant. Certes, le cadre de travail est intéressant, les conditions ne sont pas très difficiles à part si vous n’aimez pas les horaires décalés, la tenue est toujours correcte mais cela ne fait pas tout.

En effet, socialement, les croupiers ne sont pas très heureux car le code du travail ne les protège pas tant que cela. Par exemple, au niveau des horaires, ils peuvent totalement être chamboulés par le casinotier et le croupier n’a qu’à les suivre. Ils peuvent être très ennuyeux, comme lorsque le croupier doit travailler la nuit par exemple. « Et vous n’avez rien à dire » se plaint un croupier que nous avons rencontré. Il faut à cela, ajouter les heures de travail qui sont supérieures à la moyenne nationale. En moyenne, un croupier passe 50h dans son établissement, ce qui est énorme. En échange, vous imaginez que le croupier gagner bien sa vie et pourtant, ce n’est pas le cas. Lorsqu’il débute, il ne faut pas qu’il compte gagner plus du minimum national. En Suisse, cela est très choquant mais c’est la réalité.

« Lorsque vous êtes croupier en Suisse, vous avez quand même une chance, ce sont les évolutions qui vont s’offrir à vous si vous êtes un travailleur de qualité »

C’est pour cette raison que le collectif des croupiers de Suisse demande aujourd’hui à ce que les lois avancent en matière de protection sociale et salariale.

Les évolutions sont tout de même intéressantes

Lorsque vous êtes croupier en Suisse, vous avez quand même une chance, ce sont les évolutions qui vont s’offrir à vous si vous êtes un travailleur de qualité. En effet, si au cours de vos premières années, vous montrez de la bonne volonté et une assiduité dans le travail, vous pourrez facilement grimper les échelons. Si en plus vous maitrisez certaines langues étrangères comme l’anglais par exemple ou le chinois, alors vous pourrez intégrer les casinos de Macao ou de Las Vegas qui apprécient les croupiers étrangers.

Mais avant de penser à cela, il faut clairement faire de nombreuses concessions et certains croupiers n’y sont pas préparés. Avec l’arrivée des machines automatiques comme les roulettes par exemple, il deviendrait même encore plus difficile de faire ce métier. Alors quel avenir pour les croupiers en Suisse ?